Les conférences sur le satellite UVSQ-SAT

Classé dans : Conférences / Manifestations, Satellite | 0

Le radio-club de St-Quentin en Yvelines F6KRK a organisé le 1er octobre et le 26 novembre 2021 deux conférences sur le satellite UVSQ-SAT. Le conférencier était Mustapha F4IXO accompagné pour la 2ème conférence des chercheurs Emmanuel F4IXT et Clément. Les vidéos des deux conférences sont disponibles sur la chaîne Twitch du radio-club : https://www.twitch.tv/videos/1217209932 et https://www.twitch.tv/videos/1165209525.
Rappelons que M. Mustapha Meftah est ingénieur au CNRS, enseignant, astrophysicien, expert en physique solaire, en physique du climat et en instrumentation aérospatiale. Il est responsable de la filière satellites au LATMOS, le Laboratoire Atmosphères, Milieux et Observations Spatiales de Guyancourt. Il est radioamateur sous l’indicatif F4IXO.
La 1ère conférence a porté sur le réchauffement climatique et le satellite UVSQ-SAT, lancé en janvier 2021. Au cours de la 2ème conférence, le satellite UVSQ-SAT a été décrit des points de vue scientifiques et technologiques, et le futur satellite INSPIRE-SAT 7 – dont le lancement est prévu en 2023 – a été présenté, qui pourra faire l’objet d’une prochaine conférence. Ces deux satellites préfigurent un programme plus vaste, une future constellation de petits satellites aptes à mesurer avec une extrême précision les paramètres du réchauffement climatique.

Le radio-club adresse à Mustapha et à ses collègues ses plus vifs remerciements pour l’excellence des deux conférences et ses félicitations pour la réussite du programme de satellites du LATMOS.

CONTEXTE

Le satellite UVSQ-SAT, du LATMOS de Guyancourt (http://www.latmos.ipsl.fr/index.php/fr/), a été lancé le 24 janvier 2021. Il mesure un ensemble de paramètres liés au soleil et au réchauffement climatique. Ces paramètres sont téléchargés plusieurs fois par jour, à chaque passage au-dessus de la France. Le satellite a été placé dans le cadre des activités scientifiques et techniques des radioamateurs et a pu ainsi bénéficier de l’attribution de deux fréquences radio par l’IARU, la structure internationale en charge (https://www.iaru.org/). En 2019 le LATMOS a noué un partenariat avec le radio-club de St-Quentin en Yvelines (https://blog.f6krk.org/) et l’AMSAT francophone (https://site.amsat-f.org/) pour notamment la mise au point du système de communication radio – matériel et logiciel – et son installation sur le toit et dans la salle de contrôle-commande du bâtiment de l’OVSQ à Guyancourt, et la formation d’une dizaine de chercheurs à l’examen nécessaire à l’obtention de la licence radioamateur autorisant les radiocommunications.

 

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

La problématique du changement climatique est présentée au cours de la 1ère conférence et mise en évidence par de nombreux résultats d’études et d’observations. Le réchauffement de la planète est globalement de +1°C entre 1880 et 2020, et différent selon les latitudes. Le niveau de la mer monte régulièrement depuis 1880. Dans l’hémisphère nord, on peut situer le début du réchauffement à 1930 avec une pause dans les années qui sont suivi la guerre de 1940 puis une aggravation à partir de 1980. A Paris le réchauffement est visible depuis 1980. Au niveau mondial on assiste notamment à des vagues de chaleur de plus en plus nombreuses, à l’avancée de la sécheresse, à des incendies gigantesques, à la perte de la biodiversité, à la baisse des rendements des cultures, à la fonte des glaces polaires.
On sait aujourd’hui que le réchauffement climatique est lié à l’effet de serre et au déséquilibre du bilan thermique de la planète dû à l’accumulation dans l’atmosphère de gaz à effet de serre. Pour connaître les puissances thermiques mises en oeuvre (venant du soleil et réfléchies ou réémises par la terre), les observations spatiales sont nécessaires et incontournables.

 

LE SATELLITE UVSQ-SAT

Le LATMOS a conçu, développé, construit et lancé en orbite un satellite appelé UVSQ-SAT. Ce satellite fait partie du programme international INSPIRE (International Satellite Program in Research and Education). Depuis 2018 les étapes habituelles d’un projet industriel se sont déroulées, études, développement, construction, lancement, recette et exploitation. De nombreux chercheurs et étudiants y ont participé. Le satellite est un ensemble électronique complexe et autonome qui comprend une architecture électrique alimentée par panneaux solaires et batterie, des capteurs de mesure notamment des rayonnements infrarouge et ultraviolet et du champ magnétique, un système de transmission radio voix et données fonctionnant sur deux fréquences radioamateur, et une carte informatique assurant les automatismes de gestion de l’ensemble des opérations de fonctionnement, de mesures et de transmission. Le satellite est un démonstrateur technologique à vocation scientifique en liaison avec la recherche, l’industrie et l’éducation. Depuis près de 12 mois le satellite fonctionne de façon nominale et communique plusieurs fois par jour ses données de mesure à la station sol de Guyancourt. Un réseau de stations de réception est en cours de mise en place au niveau mondial pour augmenter la quantité de données mesurées et envoyées depuis l’espace. La durée de vie minimum prévue est d’un an, on y est presque. Depuis le 24 janvier 2021, 6 Gigaoctets de données ont été mesurées au cours des rotations autour de la terre et transmises par radio à la terre, elles alimentent des programmes de recherche sur le climat. Le système radio est à intervalles réguliers (voir https://site.amsat-f.org/) placé en mode transpondeur, permettant des communications à grande distance (4.000 km) entre stations radioamateurs. Plus d’information sur le projet à http://uvsq-sat.projet.latmos.ipsl.fr/ et sur twitter à https://twitter.com/uvsqsat?

 

LE SATELLITE INSPIRE-SAT 7

Un 2ème satellite est en construction, INSPIRE-SAT 7, qui bénéficie du retour technologique de UVSQ-SAT et qui sera doté de capacités augmentées de mesures. En particulier il sera équipé d’un module de mesure des rayonnements haute fréquence émis par les sondeurs ionosphériques terrestres, qui permettra de mesurer l’impact des éruptions solaires et des orages magnétiques sur les ondes du spectre décamétrique. Et en première mondiale dans l’espace, un dispositif Li-Fi de communication de données interne au satellite par la lumière sera testé.

F5NED Pierre-Louis

Laisser un commentaire